La Fanfare de St Hilaire Film "Mes frères"

Réalisateur, il est « venu écouter l’île »

Mes frères.com
Page FB du film « Mes frères »

Producteur et réalisateur de films de fictions et de documentaires, Bertrand Guerry vit au Mans. Il vient de tourner Mes frères, à l’île d’Yeu. Une histoire de fraternité qu’il avait besoin de raconter.

De l’ombre à la lumière

La production correspond elle-même à un geste fraternel : la moitié des bénéfices sera versée à une association qui agit au profit des personnes atteintes de la maladie de l’homme de pierre. Et le film est irrigué par un grand courant d’amour fraternel.

C’est l’histoire de deux frères qui ont connu leur heure de gloire sur la scène du rock alternatif.

Le spectateur les retrouve une décennie plus tard à la tête d’une fanfare locale, sur une île, isolés du monde.

L’un est atteint d’une maladie paralysante irréversible. Le second s’enferme dans le mutisme depuis dix ans. Le temps s’est arrêté, accroché à un drame sur lequel pèse la lourde chape du non-dit.

C’est leur soeur qui trouvera les mots libérateurs, pour de nouveau faire éclore en eux la vie. Le film bascule alors dans la lumière et la joie. « Il fait l’apologie des ressources féminines, confie Bertrand Guerry. Il donne aussi à ressentir la force intérieure du handicap. C’est un film contemplatif, peu dialogué, avec beaucoup d’espaces de respiration. »

Yeu en scène

En phase avec les paysages de l’âme humaine, Mes frères l’est aussi avec Yeu, qui chaque jour invite à la contemplation de la nature. Aux Corbeaux, aux Tchinettes, aux Conches ou à la Meule, il met en scène le décor sauvage de l’île, et sa lumière. « Je me suis nourri du vent, du soleil, de la pluie, des marées, des rochers, des vagues… Je suis venu écouter l’île. On ne voulait pas la voler. »

Immersion en l’île

Pendant un an, Bertrand a passé une semaine par mois à Yeu, en repérage. Son immersion est allée jusqu’à y scolariser ses enfants lors des deux mois de tournage. Il est extrêmement touché par l’accueil que les Islais ont réservé à son projet. « La fanfare Saint-Hilaire et le club de twirling ont été extraordinaires. Sub’Evasion aussi. Environ 200 personnes ont participé comme figurants. Sans compter celles et ceux qui ont mis à notre disposition des cabanes, consenti des prix d’amis pour les repas de l’équipe, etc. »

Mes frères sortira au printemps ou à l’automne. L’avant-première aura lieu fin mai, à l’île d’Yeu.

Article paru dans le journal Ouest France le 23/11/2016

Pas de commentaires

  • Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *
  • Vous pouvez utiliser les HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Articles récents

Aimez-nous !

Suivez-nous !

User Login